La gran Edith Piaf. Canciones en francés

No se por qué, hoy me apetecía escuchar a Edith Piaf. Os dejo dos de sus grandes canciones y os recuerdo que hace unos días publicamos otro artículo con Zaz y ella cantando dos versiones de la misma canción (Dans ma Rue).

Recordad….si queréis enteneder lo que dice, es fácil. Apúntate a una clase de francés 😀 (cada día hay más demanda, es un idioma que resurge).

Y si queréis….aquí tenéis 40 minutos de sus canciones.

Alors on danse. Si quieres saber lo que dice…¡aprende francés!

Empecemos la semana con energía.  Una canción que en su día triunfó mucho en las discotecas y que todavía es un placer escuchar (para los que les guste esa música).

Alors on danse de Stromae.

Eso si…yo se que muchos tararean pero no saben que dice la canción. ¡Aprended francés! Es un idioma muy sencillo para los españoles por tener una gramática y vocabularios muy similares a nuestra lengua.

Os dejo la canción con el vídeo original aquí y en este vídeo con subtítulos en francés para los que, como yo, os guste repasar.

Ne me quitte pas. Jacques Brel. Practicar francés con canciones.

A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le coeur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu’après ma mort
Pour couvrir ton corps
D’or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l’amour sera roi
Où l’amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je t’inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants-là
Qui ont vu deux fois
Leurs coeurs s’embraser
Je te raconterai
L’histoire de ce roi
Mort de n’avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

On a vu souvent
Rejaillir le feu
De l’ancien volcan
Qu’on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu’un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu’un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s’épousent-ils pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je n’vais plus pleurer
Je n’vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et t’écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L’ombre de ton ombre
L’ombre de ta main
L’ombre de ton chien
Mais
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas.

 

Dans My Rue. Canción en francés con letra. Versiones de Edith Piaf y ZAZ

J’habite un coin du vieux Montmartre,
mon père rentre saoul tous les soirs,
et pour nous nourrire tous les quatres,
J’habite un coin du vieux Montmartre,
mon père rentre saoul tous les soirs,
et pour nous nourrire tous les quatres,
ma pauvre mère travaille au lavoir.
quand j’suis malade, j’reste à ma fenêtre,
j’regarde passer les gens d’ailleurs.
quand le jour vient à disparaitre,
y’a des choses qui me font un peu peur.

dans ma rue y’a des gens qui s’promènent,
j’les entends chuchoter et dans la nuit
quand j’m’endore bercée par une rengaine,
j’suis soudain réveillée par des cris,
des coups de sifflet, des pas qui trainent
qui vont qui viennent,
puis le silence qui me fait froid dans tout le coeur.

dans ma rue y’a des ombres qui s’promènent,
et je tremble et j’ai froid et j’ai peur.

mon père m’a dit un jour : ma fille
tu vas pas rester là sans fin,
t’es bonne à rien ça c’est de famille
faudrait voir à gagner ton pain.
les hommes te trouvent plutôt jolie,
tu n’auras qu’à partir le soir,
y’a bien des femmes qui gagnent leur vie
en s’baladant sur le trottoir.

dans ma rue y’a des femmes qui s’promènent,
j’les entends fredonner et dans la nuit
quand j’m’endore bercée par une rengaine,
j’suis soudain réveillée par des cris,
des coups de sifflet, des pas qui trainent
qui vont qui viennent,
puis ce silence qui me fait froid dans tout le coeur.

dans ma rue y’a des femmes qui s’promènent
et je tremble et j’ai froid et j’ai peur.

et depuis des semaines et des semaines
j’ai plus de maison, j’ai plus d’argent
j’sais pas comment les autres s’y prennent,
mais j’ai pas pu trouver de client.
j’demande l’aumône aux gens qui passent,
un morceau de pain, un peu de chaleur.
j’ai pourtant pas beaucoup d’audace,
maintenant c’est moi qui leur fais peur.

dans ma rue, tous les soirs j’me promène,
on m’entend sangloter et dans la nuit
quand le vent jette au ciel sa rengaine
tout mon corps est glacé par la pluie.
et j’en peux plus, j’attends qu’enfaite
que le bon Dieu vienne,
pour m’inviter à m’réchauffer tout près de lui.

dans ma rue y’a des anges
qui m’ammènent,
pour toujours mon cauchemar est fini.

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies